was successfully added to your cart.

Panier

Category

Législatif

Secourisme: Une proposition de loi vise à créer un statut de «citoyen sauveteur»

By | Législatif | One Comment

L'Assemblée Nationale a adopté mardi soir à l'unanimité une proposition de loi visant à lutter contre la mort subite de l'adulte en formant la population aux gestes de premiers secours. Le texte prévoit notamment la création du statut de "citoyen sauveteur".

Entre 40 000 et 50 000 décès chaque années

L’arrêt cardiaque inopiné ou mort subite de l’adulte, est responsable chaque année de 40.000 à 50.000 décès et représente une cause de mortalité dix fois plus importante que les accidents de la route, selon des données de l’Académie nationale de médecine.
En France, le taux de survie n’est que de 5%, contre environ 30% dans les pays anglo-saxons et scandinaves. De plus, d’après Santé Publique France, un tiers des victimes a moins de 55 ans.
Pour sensibiliser les citoyens à la mort subite des adultes, l’Assemblée nationale vient d’adopter à l’unanimité une proposition de loi, qui prévoit notamment la création d’un statut de “citoyen sauveteur”. Ce texte répond à un enjeu de santé publique majeur. Son auteur, le député LREM de l’Isère Jean-Charles Colas-Roy y accorde une importance particulière puisqu’il a lui même dû porter assistance à sa femme, victime d’un malaise cardiaque il y a 12 ans.

“Ce sont nos familles, nos parents, nos voisins, nos collègues, nos camarades sur les terrains de sports. C’est aussi ma compagne Céline, à qui cela est arrivé il y a douze ans, et à qui je pense en cet instant”

a affirmé Jean-Charles Colas-Roy, auteur et rapporteur du texte.

(source : Europe 1)

Ce projet de loi doit maintenant être examiné par le Sénat pour être définitivement adopté dans les prochains mois.

Un statut de "citoyen sauveteur"

Lors d’une interview qu’il a donné à RTL ce mercredi 20 février, Jean-Charles Colas-Roy a regretté le manque de formation aux gestes de premiers secours, et ce alors que 70% des arrêts cardiaques ont lieu devant témoin.

“Aujourd’hui, il est important que les premiers témoins avant l’arrivée des secours, qui en France mettent entre 10 et 13 minutes pour arriver, puissent agir.”,

a-t’il également rappelé.
L’objectif est d’avoir sensibilisé 80% de la population d’ici dix ans aux gestes qui sauvent, en particulier le massage cardiaque, ce qui permettrait de sauver 3000 vies chaque année. Pour y parvenir, Jean-Charles Colas-Roy va plus loin que demander le simple apprentissage des gestes qui sauvent puisque sa proposition de loi veut instaurer un statut de “citoyen sauveteur”. Une demande répétée de la part de nombreuses associations de secourisme. Pourquoi ? « Une question qui revient souvent pendant les formations, c’est “qu’est-ce qui se passe si je fais mal ?”

“Ce statut est important pour dire que toutes les personnes qui vont intervenir sur quelqu’un qui s’effondre dans la rue d’un malaise cardiaque seront protégées. […] Et ce “citoyen sauveteur” ne peut être poursuivi si les choses se passent mal. Il vaut mieux mal faire que ne rien faire.

Si la loi est promulguée, le statut de “citoyen sauveteur” est obtenu de droit pour les personnes intervenants sur une urgence vitale, même si la personne n’est pas formée.

Objectif : 80% de la population formée aux gestes de premiers secours

La proposition de loi vise également à sensibiliser plus de Français aux gestes qui sauvent : savoir alerter, réaliser un massage cardiaque et utiliser un défibrilateur.

“Les secours mettent 11 à 13 minutes à intervenir”,

rappelle le député.

“Chaque minute qui passe, c’est 10 % de chance de survie en moins. Les premières minutes sont cruciales, c’est donc le proche, le collègue, le passant qui peut faire ces gestes.”

Ce texte fait écho à une volonté affichée du gouvernement de former largement la population aux gestes de premiers secours, notamment au lycée comme annoncé par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, lors du Conseil des ministres du 24 septembre 2018. Un signal fort envoyé par le gouvernement en faveur de la démocratisation du secourisme !